108 avis Tous les avis

Concertation 14/10/2021

Avis défavorable

Bonjour, La création d’un nouveau stade par la décision du Maire - Président de la Ville – Métropole de Montpellier à Pérols, en remplacement du projet d’Ode à la Mer du groupe Frey, lors de la campagne des municipales, caractérise le fait du prince reléguant le Maire de la ville de Pérols au statut de simple « collaborateur » sans pouvoir de décision et la mise sous tutelle des habitants de Pérols : ils n’avaient pas voté pour, ils l’auront quand même ! Quel bel exemple de démocratie locale apaisée ! D’autant plus que la concertation mise en place est purement anecdotique : la modification de la ZAC Ode à la Mer afin de permettre l’édification du Stade est actuellement en cours. Par conséquent, la concertation aboutira quoiqu’il en soit conformément aux désirs du Président Maire de la Ville – Métropole, et peu importe l’appréciation sur l’implantation du nouveau stade. Il est difficile d’aller à l’encontre d’une promesse de campagne ! Or, la nécessité de créer un nouveau stade notamment à cet endroit ne résiste pas à l’analyse des contraintes économiques, environnementales et politiques. 1. « Une chute continue de l’affluence dans le stade de l’ordre de -20% sur la période 2009-2019, malgré le titre de champion de France de 2012. » Le stade actuel de 35.000 places est peu fréquenté : la moyenne des spectateurs pour le MHSC est à 14967 pour la dernière saison soit un taux de remplissage de 68%. Ce chiffre est gonflé par les matchs « têtes d’affiche » tel que MHSC-PSG, MHSC-OM et MHSC-OL. Pour les autres rencontres le nombre de spectateurs est plutôt aux alentours de 10.000, soit un des plus faibles scores de la Ligue 1 ! Ainsi sur la saison 2016-2017, sur les rencontres autres que les têtes d’affiches, Montpellier est au mieux 16ième, et cinq fois dernier ; sur la saison 2018-2019, au mieux 16ième également, 7 fois avant dernier, 2 fois dernier. Ce n’est pas d’un stade dont le club a besoin, mais de supporter, qu’il faut attirer en faisant rêver ! Construire un nouveau stade de 24000 place démontrent que le MHSC est conscient qu’il n’y aura pas beaucoup de supporter en plus (suppression de 19000 places par rapport au stade de la Mosson, et une progression du nombre de supporter dans le nouveau stade de +40%, donc sur une moyenne de 10.000 spectateurs, 14.000spectateurs par match). Il n’y en aura pas du tout si les prestations ne s’améliorent pas et si la magie du rêve n’opère pas. Attirer les familles suppose des vedettes, du spectacle sur le terrain et une sécurité totale, qui fait défaut. Or l’ambition du club est limitée. 2. « Demain, le Club doit être capable d’attirer et de conserver ses spectateurs, au moyen d’un stade attractif. » Ce n’est pas d’un stade dont le club a besoin pour attirer de nouveau spectateur, mais d’un jeu flamboyant. Le football aujourd’hui doit être un spectacle, et non plus seulement un sport, avec des vedettes, auxquelles les spectateurs, les supporters d’identifient. Combien de joueurs de Montpellier sont sélectionnés en équipe de France ? A quand remonte une place qualificative, un trophée ? Le club dispose d’un budget relativement modeste pour le Ligue 1, qui ne lui permet pas de prétendre aux premières places, ni même d’accrocher une place en ligue Europa. La baisse des droits télé (le scandale Médiapro) a entrainé une révision à la baisse des budgets des clubs (moins 14,5 M€ pour le MHSC). Le club a du céder des joueurs pour reconstituer sa trésorerie (Delort, Laborde), ce qui réduit d’autant sa capacité à offrir du spectacle. Or, les spectateurs viennent pour assister aux têtes d’affiches et voir un spectacle, des vedettes. Si l’augmentation du budget du club n’entraine pas mathématiquement une qualification pour les coupes d’Europe, synonyme de retombées financières plus importantes (Droits TV), de retransmission (et donc de visibilité) et de spectacle (ce n’est pas tous les jours que l’on peut voir un quart de finale avec MU, ou Arsenal, le PSV Eindhoven) il y contribuent tout de même. Par ailleurs, le budget du club sera également obéré par le financement des travaux du nouveau Stade, ce qui va diminuer sa capacité d’endettement , sa capité de financement. Les budgets des clubs qui ont rénové ou construit de nouveau stade sont largement supérieurs à celui du MHSC (PSG : 500M€ ; OM et OL : 250 M€ ; Lille : 147 M€ ; Bordeaux : 112 M€ ; Nice : 95 €). Par conséquent a défaut d’accroissement très significatifs du budget du Club, il n’y aura pas plus de spectateurs, car il n’y aura pas plus de spectacles. Par conséquent un nouveau stade n’est probablement pas la priorité, surtout à Ode à la Mer, sauf à vouloir se faire plaisir …. 3. « Cambacérès : la Métropole a choisi de préserver ce site de l’urbanisation du fait de ses qualités naturelles et agricoles. » Il est important de rappeler, notamment au Maire Président – Montpellier – Métropole que « Le SCoT est un document fondamental, la feuille de route de la Métropole pour les 20 ans à venir ». Cette inscription figure en en tête de tous les documents du Scot ! La métropole a écrit le contraire dans le document « SCOT – Tome 2 – Projet d’aménagement et de développements durables », de ce qui est annoncé : « Par ailleurs, compte tenu des inondations répétées, constatées ces dernières années sur le stade de la Mosson, sa relocalisation peut être envisagée si aucune solution n’est identifiée pour remédier à ces difficultés. Dans cette hypothèse, un grand complexe sportif comportant notamment un grand stade de football, confortera l’attractivité du territoire s’il est situé sur un lieu emblématique offrant des possibilités de desserte à l’échelle de ses besoins. En ce sens, le quartier de Cambacérès-Boirargues-Nord, desservi à la fois par le PEM formé par les gares ferroviaire, routière et tramway, connecté au contournement de Montpellier par l’A709 et intégré à la vitrine métropolitaine active, est l’un des sites à privilégier pour accueillir de tels équipements fortement générateurs de flux » (4.3. Accompagner la Métropole sportive – P.106) Lorsque l’on veut préserver les qualités agricoles et naturelles d’une zone on ne crée pas un ZAC, mais un espace protégé de l’urbanisation. Par conséquent le site ZAC Cambécérès est le site choisi, analysé et étudié pour le stade. Il est le produit d‘une réflexion et non d’une promesse de campagne. Le motif avancé pour sortir le stade de la ZAC Cambacérès est totalement erroné, trompeur. Finalement Charles Pasqua avait raison, « les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent » et la majorité métropolitaine est son plus adepte fidèle. A quoi peuvent bien servir tous ces documents d’urbanisme qui définissent une politique à long terme, si dès qu’il s’agit de satisfaire un électorat, des personnalités, on les contourne avant même qu’ils soient modifiés ? 4. « Le projet de stade Louis-Nicollin permettra de transférer des activités économiques. […] Les commerçants, notamment du Solis-Soriech et du Fenouillet pourront s'installer au sein de Ode Acte 1 dans des conditions plus avantageuses, permettant par ailleurs la mise en place du projet urbain » Le transfert de ces activités va nécessiter une autorisation délivrée par la commission départementale d’aménagements commercial. Quels ont les activités qui vont être déplacées ? A quel endroit exactement ? En périphérie du stade ? Dans l’emprise du projet Nicollin ? N’est-ce pas le projet de Shopping Promenade du Groupe Frey qui ressuscite ? 5. Les accès du futur stade 5.1 L’aéroport et son parking L’aéroport et situé sur la commune de Mauguio, commune qui n’appartient pas à la métropole mais à l’Agglomération du pays de l’Or, et qui n’est pas desservie par le tramway. Situé à trois km il faudra prévoir des navettes, des cheminement piétons, des aménagements. Tout un ensemble d’infrastructures pour des spectateurs qui viendront épisodiquement une fois par semaine ? La métropole a t-telle chiffrée le cout de cet investissement ou bien est-il pris en compte dans le budget du stade (180 M€) ? 5.2 La gare Sud de France La gare Sud de France n’est pas desservie par le Tramway. Pour rejoindre le futur stade, il faudra prolonger la voie jusqu’au stade. Tout un ensemble d’infrastructures pour des spectateurs qui viendront épisodiquement une fois par semaine ? La métropole a t-telle chiffrée le cout de cet investissement ou bien est -il pris en compte dans le budget du stade (180 M€) 5.3 La RD 66 et la Route de la mer Pour quelles raisons les spectateurs viendraient en voiture puisqu’on leur vente une desserte vélo -tramway exceptionnelle ? Et l’absence de parkings pour les recevoir ? il s’agit probablement de recevoir les VIP ! Les supporters n’en ont pas besoin …., ils sont probablement moins importants. Nous allons donc nous retrouver dans la situation identique à celles aux alentours du stade Yves du Manoir les jours de match avec une saturation du trafic, des stationnements sauvages et dangereux tout autour du stade ? A celle de l’Arena Sud de France les soir de match ou de manifestations culturelles avec des filles d’attente dangereuse sur la voie d’accès RD 66 ? A nouveau, l’incapacité totale de la collectivité de gérer les flux ? 5.4 « Les modes actifs, piétons et vélos (le futur stade se trouvera à 13 mn à vélo de Port Marianne où habite 1/3 des supporters du MHSC) » Le stade de la Mosson est situé à 32 mn en vélo de port Marianne, soit à peine le double de ce qui est annoncé pour aller à Pérols. Compte tenu du coût des investissement pour la métropole cela fait un peu cher le « dernier quart d’heure » ! De plus 70% des supporters ne viennent donc pas en vélo. Lorsque l’on a l’intention d’attirer les villages aux alentours, la situation du stade est plus que problématique. Imaginez-vous que les spectateurs des villages du nord de Montpellier, de l’ouest vont venir en tramway jusqu’au stade à partir des parkings relais situés à proximité de leurs lieux de résidence ? Un match de football, c’est malheureusement aujourd’hui de l’insécurité et de la violence dans et autour des stades. Le tramway en temps normal n’est déjà pas une zone de sécurité alors les jours de match…… Il faudra beaucoup de courage pour le prendre. Et ce n’est pas la nouvelle police des transports, chère au « collaborateur » du Maire-Président de la Ville - Métropole, qui va inverser la tendance ! L’accès à pied jusqu’au stade depuis Montpellier et la encore assez illusoire surtout les soirs de match en hiver. Elle ne va concerner que les péroliens, voir avec du courage les lattois. 5.5 « L’accès en tram : 2 500 à 3 000 passagers supplémentaires avec une réserve de 8 rames lors des matchs ». Le stade de la Mosson est desservi par deux lignes qui permettent une desserte optimale : EST /Ouest par le nord de la ville et EST/Ouest par le centre de la ville. Elle facilite le flot de spectateur et un enlèvement rapide. « le dernier kilomètre et demi se fait en tramway, en navette ou à vélo. Il conclut en disant que passer 5 minutes dans un bus peut être préférable à 45 minutes passées en voiture en sortant du stade. ». Reconnaissons effectivement que 5mn dans une navette n’est pas très contraignant. Profiter des accès VIP en tant qu’élu comme à Yves du Manoir, à l’Aréna à Bougnol, c’est encore mieux ! 5.6 Le stationnement Il est prévu 1500 places de stationnement. Seront-elles dévolues aux spectateurs, aux supporters, ou bien aux VIP, aux élus, à tous ceux qui bénéficient de ces petits arrangements …. Et qui sont finalement dispensés de participer à l’effort de la transition écologique ! Il est vrai qu’il est important que cet effort soit imposé à ceux qui n’ont rien réclamé, par ceux qui le revendiquent mais s’octroient des dérogations !. Les 70% de spectateurs qui n’habitent pas dans « le dernier quart d’heure », sont priés de venir en transport en commun : « Il complète en citant les navettes de bus depuis les parkings relais qui peuvent être une solution pertinente lorsque l’on vient du Crès. ». As-t-on une idée réaliste et sérieuse du temps à passer dans les transports pour venir voir un match en semaine ou le samedi soir ? 6. « Un stade écoresponsable et intégré le plus harmonieusement dans la nature » Un stade écoresponsable n’est pas édifié en bordure d’étang, dans une commune littorale, sur un espace vert destiné à la nature ! Un stade éco responsable est édifié sur une ancienne friche, afin de la valoriser ! La création du stade va entrainer la destruction d’un écosystème naturel, source d’une biodiversité importante, notamment au niveau des oiseaux, insectes, etc. La présence de cette construction va peser sur le système lagunaire proche, déjà en souffrance en raison des activités humaines. Le silence de la majorité écologiste est significatif de la gène occasionnée par ce nouveau projet et de leur incapacité à protéger et à défendre les enjeux environnementaux au-delà des campagnes électorales …. 7. « Concernant le financement, il annonce que le Club, le groupe et ses partenaires vont mobiliser 180 millions d’euro ». Le club annonce 180 millions d’euros en ce compris l’achat du foncier. Si dans le foncier sont également compris les aménagements réalisés par la SA3M, il ne va pas rester grand-chose pour la réalisation des travaux. A moins que le prix du foncier soit minime …… Donc les investissements publics, non chiffrés à ce jour, vont rester à la charge des collectivités et du contribuable. Un beau cadeau d’altruisme, et d’apaisement à l’égard du MHSC. Le coût du stade est volontairement minoré : les stades construits récemment en France ont un cout à la place compris entre 4300 euros et 6800 euros. Le futur stade avec 24000 places ressort à 7500 euros, soit aujourd’hui le plus cher ! Il y aura donc à un moment une participation de la collectivité dans le financement du projet. 24000 places ne permettront pas d’accueillir des évènements sportifs internationaux car aujourd’hui la jauge est plutôt aux alentours de 40000 places, soit pratiquement le double. Quand va -t-on nous annoncer une augmentation de la capacité et du coût ? 8. « Les subsides de loyers qu'ils verseront au Club permettront d’équilibrer le budget du stade. » Il est bien évident que la rentabilité d’un projet de stade nécessite autre chose qu’un hôtel des restaurants et un musée pour survivre. Il faut des activités commerciales qui permettent d‘obtenir un rendement locatif, or justement ce n’est pas le cas d’un hôtel et des restaurants été encore moins d’un musée, qui compte tenu des charges d’exploitations importantes ne peuvent payer de loyers élevés ! il faudra probablement créer un Shopping Promenade bis …. 9. Le choix de Pérols « Un stade à Pérols permettra sans doute de récupérer un public plus de la ville et des villages autour. » Les villages autour c’est Lattes, Mauguio – Carnon, Villeneuve les Maguelonne. C’est peu et le choix de Pérols n’est probablement pas le meilleur. 10. Le sort du quartier de la Paillade Le sort du quartier de la Paillade est facile à deviner : l’abandon par la collectivité et les pouvoirs publics En conclusion, le projet du stade à Ode à la Mer, c’est un projet - Qui n’est pas à 100% privé : les investissements publics sont importants et ont pour partie déjà été réalisés . La SA3M opérateur de la zone s’est considérablement endetté sur l’opération ODE à la Mer et le Shopping promenade. Le contribuable va donc devoir rembourser ce fiasco - Qui n’est pas rentable et sans intérêt pour l’aménagement du territoire à cet endroit. - Qui à terme n’augmentera pas le nombre de supporters et de spectateurs ; - Qui porte atteinte directement à l’environnement.

Pièce jointe