108 avis Tous les avis

Environnement 14/10/2021

Rapport du GIEC 2021

J’ai eu le plaisir d’assister au premier atelier « Environnement, cadre de vie et insertion urbaine ». Tout le monde a perdu son temps à écouter une litanie de problèmes environnementaux de Pérols et Lattes qui ne concernent que très peu le stade. Mais c’est la règle du jeu puisque c’était des militants susceptibles de poser des tracas … L’organisation et surtout le fond avec des interventions autant pédagogiques qu’intéressantes étaient excellents. J’ai pu poser une question après le débat, puisque pendant c’était assez difficile, les sujets passaient et le quota de question avait été posé, il fallait bien avancer et j’ai compris que j’aurais ma chance après et j’étais confiant qu’on prendrait le temps de me répondre. Ce qui fut le cas. Je dois mentionner que non seulement je suis heureux de voir ce projet enfin avancer mais qu’au début j’étais assez satisfait par le site choisi. Ma seule réserve à ce moment là c’était le souvenir d’automobilistes en perdition lors d’un épisode cévenol à Pérols jusqu’à Fréjorgues, et l’annulation d’un concert en 2016 à l’Arena suite à une Alerte Rouge météo (précision, le concert faisant partie d’une tournée mondial, le groupe en question a essayé de trouver une nouvelle date pour revenir mais n’y est jamais parvenu). Mais cet été j’ai découvert horrifié le nouveau rapport du GIEC notamment sur l’élévation du niveau de la mer , d’où ma question à l’atelier : le projet prend t’il en considération ce dernier rapport ? La réponse est non, le projet est antérieure, mais, les tolérances imposées par l’état couvrent déjà les prédictions de ce dernier rapport, apparemment y compris le plus mauvais scénario. C’est donc à priori réconfortant. Mais, que fait-on si dans 5 ou 10 ans le GIEC édite un nouveau rapport annonçant une nouvelle hausse du niveau de la mer à un niveau jamais envisagé ? Le dernier rapport datait de 2014, et à l’époque on ne pouvait pas imaginer que celui de 2021 soit aussi mauvais. Donc puisque les précédents rapports du GIEC se sont avérés fiables, et puisque la situation environnementale se dégrade toujours à très grande vitesse, est-ce une gageure de penser que le prochain rapport soit encore pire ? Déjà, si le pire scénario du rapport 2021 devient réalité, il est évident que l’état et les collectivités et l’ensemble de la population Montpelliéraine auront une crise majeure à gérer beaucoup plus importante que d’aller au stade de football. Donc même si le stade à Pérols émerge de quelques mètres on peut penser que sa situation trop proche de la mer et des étangs dans une telle catastrophe le condamnerait presque après seulement quelques années d’existence : 10, 15, 20, 25 ans ? Alors qu’un stade n’est pas voué à être édifié et surtout amorti sur une si courte période … Donc il faut espérer que le moins mauvais des scénarios du GIEC 2021 soit notre avenir pour le bien de tous et que le GIEC n’éditent pas un nouveau rapport encore pire d’ici quelques années. Je ne dirais pas que Pérols était un choix risqué mais je dirais plutôt que c’est un pari sur l’avenir. Soit l’humanité s’occupe enfin de notre environnement soit cela risque d’être beaucoup plus qu’un pari. Delmas avait légué des terrains (qui ne valaient rien) dans le lit historique des crues de la Mosson pour des terrains de jeu dans le quartier de la Paillade. Où furent construit le stade. Toujours Delmas, avait construit le stade Richter sur des terrains (qui ne valaient rien) connus pour être inondables, sans travaux d’aménagement du Lez d’où des inondations jusqu’au milieu des années 80. Freche avait choisi de bâtir un tout nouveau stade de la Mosson par étape sur des terrains toujours aussi inondables … Et maintenant on choisit Pérols alors qu’on annonce un littoral qui devrait inexorablement reculé. Alors encore une fois le stade ne serait peut-être pas les pieds dans l’eau mais quid de sa situation et de son accessibilité si dans 20 ans il faut essayer de sauver une partie de Pérols ou de Palavas ? Est-ce qu’on n’aura pas à ce moment là d’autres chat à fouetter que le sort du stade de Foot ? Finalement l’ancien site de concert de Grammont, à côté du siège du club, c’est plus haut, bien plus haut. Mais la métropole y a fait d’autres choix. Qui eux seront toujours au sec, du moins on espère sinon je ne vois plus que les Cévennes !

Pièce jointe